21octobre2014

Châteaux par Région

Château du Pflixbourg

Château du Pflixbourg ou  Blicksberg
 

 

Entrée Château de Pflixbourg

Le Château du Pflixbourg est situé en Alsace dans le Haut-Rhin, sur la route de 5 châteaux dans la commune de Wintzenheim, à quelques enclaves du Château Hohlandsbourg, il est perché à 454m d’altitude et domine l’entrée de la vallée du Munster. Beaucoup moins connu que le château d’Hohlandsbourg, il profite cependant d’une architecture typique des châteaux alsaciens avec une particularité très inhabituelle en ayant une entrée en « tenaille ».

Il  est relativement facile d'accès même si la végétation peut parfois rendre l'aspect un peu aventureux. Son donjon est visitable en son centre mais sans accès aux étages. Lors de la visite, il faut garder une certaine prudence à cause des chutes de pierres éventuelles.

Voir aussi. Châteaux d'Alsace. Route des 5 châteaux

CB

 


Informations
  •  Adresse : Route de 5 châteaux ( voir en bas )
  •  Téléphone :   
  •  Heures d'ouvertures & Visites  :
  • Visitable pendant la période estivale, il est plus difficile d'accès en hiver et la nuit, car la route des 5 châteaux n'est plus accessible en voiture. L'entrée de la route des 5 châteaux se fait soit par Husseren-les-Châteaux sur la D14 ou Wintzeheim sur la D417.
  •  

 

Historique
  sources : voir bas de page

 

Wintzenheim , dont on a des traces écrites dès 786, était initialement un village de vignerons après avoir été un gîte d’étape pendant l’époque romaine, comme les restes d’une Villa romaine sur le coteau « Hengst » l’atteste. Le village a accueilli également les chevaliers de Malte, dont le château «  Thurnburg » a été transformé en Hôtel de Ville.


Entrée du château

Construit au début du XIIIe par Woelfelin d’Haguenau, à l’extérieur de Wintzenheim, les travaux débutent vers 1212 pour finir probablement en 1219 ou 1220.  Il avait pour fonction initiale la surveillance des alentours avec une garnison permanente, même si  le bailli Conrad-Werner de Hatsttatt en avait fait sa résidence principale [2] en 1276. Il était sous le bailliage impérial de Kaysersberg, dont la famille des Ribeaupierre assurait la défense. Le château a  connu des propriétaires différents, des Hatsttatt, du bailliage des Habsbourg, des Huse en 1375, pour finir aux Ribeaupierre en 1434 [1]. Gravement abîmé en 1446 lors d’un conflit entre les Hattstatt et les Ribeaupierre, il est probablement abandonné rapidement par la suite.

La légende de la dame blanche de Witzenheim : la dame blanche est une légende qui court un peu partout en France , à Pflixbourg elle aurait une tendance à crier en descendant dans la vallée. La légende voudrait qu'elle soit une princesse métamorphosée par une fée en un monstre mi-femme mi-dragon. Pour faire disparaitre le sortilège, le baiser d'un chevalier pourrait la libérer, mais le premier qui le tenta fut surpris par la transformation de la dame blanche en dragon.....tout un programme...

Château de PflixbourgPlan du château très simplifié mais qui permet d'avoir une idée. Je n'ai pas mis les logis et dépendances du château.

 

Comme expliqué en première partie, le château de Pflixbourg possède une particularité rare pour un château en France (*) et unique en Alsace : sa porte d'entrée est dans une forme assez intelligente. Au lieu d'avoir un châtelet d'entrée avec deux tours par exemple, ou une tour porche carrée assez courant en Alsace, l'entrée est en tenaille . Cette disposition, probablement initialement pour une question de coût et pour s'adapter à la disposition de l'environnement, rend  difficile l'attaque de l'entrée, d'autant qu'elle monte et que le donjon se trouve juste dans l'axe de défense de l'entrée principale. Dans cette tenaille, les assaillants se retrouvaient dans une situation particulièrement difficile, entourés donc de meurtrières, surplombés par des courtines, une côte demandant un effort particulier notamment pour faire venir un bélier et pour terminer une tour...

La forme du château est polygonale, avec une forme ressemblant un peu à un hexagone. Il était entouré d'un fossé sec lui-même secondé par une palissade en bois. Son entrée unique en Alsace, rare en France, possédait une forme de couloir long d'environ 11-12 mètres. La hauteur de la tour maîtresse de 23 mètres est un des premiers du genre en Alsace, avec des ressemblances en terme d'esthétique avec les donjons de Philippe-Auguste. Mais cela reste très anecdotique; en effet la taille et la circonférence des donjons philippiens sont souvent bien plus imposants.

Son entrée à une hauteur de 9 à 10 mètres dominait l'entrée du château, on remarquera que l'arc brisé est en pierre de grès rouge à la différence de l'ensemble de la tour. Pour autant la seule défense du donjon est une archère de l'autre côté de l'entrée, même s'il est probable que le sommet du donjon permettait de le défendre également. L'accès aux différentes étages, après l'entrée principale, devait sûrement se faire par une échelle en bois, car il n'y a pas de traces d'un escalier en pierre ou de trou permettant de mettre un escalier en bois, sans doute pour gagner de la place à cause de la circonférence assez faible de la tour qui ne le permettait pas. Le donjon n'a probablement jamais été utilisé comme habitation, mais plutôt comme lieu de repli, il s'agit donc plus d'une tour maîtresse que d'un donjon. Aujourd'hui on entre dans la tour par l'étage inférieur qui n'était à son époque accessible uniquement par l'étage d'entrée avec une ouverture. On retrouve un système analogue dans le donjon de Châteaudun qui est de la même époque mais beaucoup plus vaste et imposant.

Pour tenir un siège et pouvoir s'abreuver en eau, le donjon disposait juste en dessous d'un réservoir de 5 mètres de hauteur, 5 mètres de largeur pour 7 mètres de longueur. Cette citerne était remplie par l'eau de pluie, sûrement par un ingénieux système de récupération d'eau, très courant dans les châteaux alsaciens ne possédant pas de puits. Un souterrain sous le donjon, sans communication apparente avec celui-ci, existe également mais il est cependant aujourd'hui condamné par une grille. Il y aussi une borne de délimitation du territoire.

Pour l'entretenir trois périodes de travaux ont été nécessaires, en 1864, 1983 et 2006.[3]

 


[1] Odile Kammerer – Entre Vosges et Forêt-Noire. Publications de la Sorbonne
[2] Francis Rapp – Le château-fort dans la vie médiévale.
[3] Wikipédia

(*) Je ne connais pas encore d'autres châteaux ayant ce type d'entrée

 

Photographies
 

montjoye logomontjoye.net est un site personnel sur les châteaux et patrimoine de France. Avec plusieurs centaines de visiteurs par jour, des milliers de photos et plusieurs centaines d'articles sur des sujets divers.