Publicité Participative

Traduction

French Arabic Chinese (Simplified) Dutch English German Italian Japanese Portuguese Russian Spanish

0
0
0
s2smodern

Fort de Challeau

   
 
Fort de Challeau

 

Par sa position, ce fort ne paye pas de mine et de près ou de loin n’est pas très imposant. Pourtant il ne manque pas d’intérêt. Tout d’abord par son époque de construction qui pour une grande majorité s'échelonne entre le XIe et le XIIe, et dont les archères canonnières trahissent les modifications apposées vers le XVe. Ensuite il est presque unique dans sa conception des échauguettes dans les angles, avec une forme arrondie à la base assez surprenante et rarissime. Par ailleurs il fait partie des rares fortifications en série construites sur ordre de Philippe Ier qui existent encore dans un état tout à fait correct.
 
On pourra regretter cependant qu’il ne soit pas ouvert plus souvent et pas très ‘médiatisé’. Mais le propriétaire et l’association y gardent un attachement particulier qui permet lors des Journées du Patrimoine d’offrir gratuitement un spectacle et surtout une somme d’informations sur les arbalétriers tout à fait intéressante, et tout cela dans la bonne humeur.
 
Sur ce point, rien que pour cela la visite lors des Journées du Patrimoine en vaut la chandelle et le déplacement, bien que l'endroit, il est vrai, est un peu reculé.

On peut s’y garer relativement facilement et l’accueil en tenue d’époque est jovial et accueillant.


 


Informations
  •  Adresse : Fort de Challeau - 6, rue des Ponts  -  77161 Dormelles
     
  •  Téléphone :  01 60 96 65 29
  •  Sites  :  inconnu
  •  Heures d'ouvertures & Visites  :
  •  
  • Visite guidée des extérieurs et des intérieurs, uniquement les Journées du Patrimoine. Je vous conseille d'appeler avant de vous y rendre .

 

Historique
   Petit livret vendu lors des Journées du Patrimoine sur le fort de Challeau, petit livret tiré à seulement 500 ex.

 

 

Fort de ChalleauLe fort de Challeau n’est pas à proprement dit un château fort, mais plutôt une place forte de taille réduite. Sa position stratégique dans la commune de Dormelles permettait probablement à l’époque de surveiller les alentours, bien qu’il ne soit pas du tout sur une position dominante, mais très marécageuse et malgré tout point de passage vers le département de l’Yonne actuel.
 
Sa fonction principale était de servir de point de repli pour les villageois et les soldats. Sa taille très modeste ne comprenait donc à priori pas de garnison importante et permanente, tout au plus quelques gardiens ou une petite unité. Ses murs ont une trentaine de mètre de longueur et en largeur de 24 mètres dont une épaisseur correcte pour l’époque de 1.30 mètres et une hauteur de 6 à 8 mètres. Il semble qu’il n’y a pas eu d’habitations mais de simples constructions légères permettant de s’abriter.
 
Il est assez clair que ce fort spartiate n’était pas du tout préparé à un long siège ou à une attaque frontale de grande envergure. En revanche, il s’agissait des protections faibles mais efficaces face à des brigands ou autres. Il permettait aussi à Philippe Ier d’implanter dans un lieu son autorité et d’une certaine manière un marquage de territoire. A noter que le fort ne possède pas de donjon ce qui est assez rare et démontre probablement bien sa faible importance dans un lieu il faut le dire pas très peuplé, encore aujourd’hui. Cependant le fort possédait quand même un pont levis, ce qui peut paraître un peu surprenant au vu de la taille du fort.
 
Son époque de création n’est pas datée, mais au vu des formes, de la structure et de son évolution, il semble probable que le fort soit du XIe voir début du XIIe. Cependant il est important de préciser que le fort ne peut être daté précisément. Son entrée principale, aujourd’hui occultée par une maison, ressemble en effet beaucoup à d’autres entrées de fort d’une époque similaire au XIe et XIIe.


Le fort de Challeau prit des noms différents selon les siècles : chaloel au XIIe, Chailloello au XIVe, Challouyau, Challiau, Chaluau, Chailot, Chailleau….
Un nom qui change donc énormément tout en gardant une structure nominative proche.

    * Les seigneurs de Challeau


Sans donjon, il est fort peu probable que les seigneurs de Challeau vécurent dans ce fort, malgré quelques constructions avoisinantes.
 
- Guillaume de Villebéon qui se fit dépossédé du château par Philippe le Bel en 1310
- Gilles Granche seigneur de Challeau dès 1310
- Bouchard III de Montmorency, Chevalier Conseiller Chambellan, inquisiteur des eaux et forêts Seigneur de Saint Leu, Nangis et La Houssaye.
- Guillaume de Montmorency
- Gaucher de Thorotte et d’Arziller
- Georges de Marolles
- Guérin le Groing
- Jean le Groing
- Jacquette le Groing
 
La guerre de Cent Ans permit d'apporter une modification majeure, avec l’ajout d’une basse cour fortifiée comportant des meurtrières canonnières, adaptées aux nouveautés des armes à feux (bombarde, couleuvrine etc). On notera que les meurtrières canonnières sont à hauteur d’hommes pour la basse cour et en hauteur pour la première fortification.
 
Vers le VIIe, c’est la nièce d'Anne Pisseleu, Marguerite Hurault, qui vendit les terres à Dormelles et de Challeau à Pierre Le Charron, serviteur d’Henri IV. Par alliance le fort appartint à Thimoléon de Cossé via un mariage.
 
A la mort de Louis de Cossé et de sa femme, leurs héritiers gardèrent le fort jusqu’en 1678. Le fort fut vendu à Louis Urbain le Fèvre de Caumartin. Ils le gardèrent jusqu’à la Révolution. Puis comme bien des châteaux il fut vendu comme bien national à la famille Guillot de Blancheville.
 
La famille de l’actuel propriétaire a pris possession des lieux en 1937, en y faisant d’importantes et bénéfiques restaurations.

 
Texte écrit par Montjoye.net
Vérifié par Cécile Bricault


 

 
 

Photographies
 


En ligne

Nous avons 4056 invités et aucun membre en ligne