Publicité Intéressante

Traduction

frarzh-CNnlendeitjaptrues

 

Prieuré Saint-Jean du Grais
 

Prieuré Saint Jean de Grais

Le Prieuré de Saint-Jean-du-Grais est situé dans la commune d’Azay sur Cher, il est à la croisée des chemins de l’Histoire. Entre les moines au XIIe , les comtes d’Anjou , les croisades et les Templiers, un lieu chargé d’Histoire que les propriétaires essayent tant bien que mal d'entretenir et de lui donner vie. Martin Darrasse est aujourd’hui l’heureux propriétaire du domaine légué par son père. Une continuité, puisqu’il  est même né dans la vieille maison du XVe. Fait  rare aujourd’hui et qui souligne le respect de la famille à cet égard et l’attachement filial.


Informations
  •  Adresse : Prieuré de Saint Jean du Grais  - 37270 Azay sur Cher  (  chercher sur le GPS route de Cormery à Azay sur Cher )
  •  Téléphone :  Mr Darrasse Tél : 02 47 50 73 00
  •  Heures d'ouvertures & Visites  : Plus de visite individuelles, sauf les journées du patrimoine ( sous réserve, il vaut mieux appeler avant ) . Il y a la possibilité de faire des visites groupés, de Mars à Octobre, mais sur réservations uniquement . (2015)

 

Historique
   Martin Darrasse et 'Prieuré de Saint Jean de Grais - Chronique d'un Secret bien gardé' par Odile Ménard.

 

Les premières traces débutent vers 1119 avec la venue de deux ermites cisterciens. Ils vont consacrer leur vie à l’Opus Dei et menèrent une vie ascétique. Ils suivirent la règle de Saint Benoît, pour ensuite en 1184 sous ordre du pape, suivre celle de Saint Augustin. Il n’y a qu’une vaste forêt de 40km de long sur 10km de large entre deux des affluents de la Loire. Il ne reste aujourd’hui que quelques restes éparses : Bois de la Madeleine, la forêt de Larcay etc,  elle est appelée aussi « désert ».

Le prieuré que nous pouvons voir aujourd’hui est celui édifié en 1127 par Foulques V, Seigneur de Touraine, Comte d’Anjou, père des rois d’Angleterre de la lignée des Plantagenêt et futur roi de Jérusalem.   Avant de partir en croisade, Foulques V va assurer la protection légale du lieu qui n’est pas encore vraiment institué officiellement. Par une charte de donation, il va donner le lieu aux deux ermites Renaud et Geoffroi. Il défend à ses forestiers, avec lesquels les ermites ont de sérieux revers, de les ennuyer : «  afin que libérés de tout trouble, ils puissent tendre en une méditation paisible à la contemplation des réalités célestes ».

Foulques V est également le compagnon de Croisade de Hugues de Payens, cofondateur du prieuré, Grand Maître et fondateur des Templiers, mouvement auquel Foulque V participa activement.

Foulques décède en Terre Sainte en 1143. Pendant 500 ans, les religieux de Saint Jean du Grais ont suivi la règle de Saint Augustin. La vie monastique s’est arrêtée au début du XVIIIe.

Sous la Révolution Française, le prieuré est confisqué comme bien national puis revendu à un exploitant agricole. L’église fut détruite peu après, mais le clocher est resté.

Ce qu’on peut y voir :

Une Prison :
prison
 
 
 
 
Avant la Révolution, ce pignon se trouvait donc à l’intérieur d’une grande église qui fermait entièrement la cour du prieuré, jusqu’au clocher. La prison donnait donc d’un côté dans l’église et de l’autre dans la salle capitulaire.
 
 

Dortoir

DortoirDans ce dortoir, il  devait y avoir une vingtaine de moines ( on peut le savoir grâce aux nombres d’ouvertures du dortoir ). Ils dormaient tout habillés, il n’y avait ni chauffage, ni cellules.

Pour les offices qui avaient lieu de jour comme de nuit, ils accédaient directement à l’église par une porte située dans l’escalier et aujourd’hui murée.

Les fenêtres sont étroites pour limiter l’entrée du froid, mais étudiées pour laisser entrer un maximum de lumière, matin et soir . La charpente est du XVIe.

 

Salle capitulaire

Salle Capitulaire
Les moines y tenaient le chapitre , une assemblée délibérante sous la direction du prieur. On y décidait des travaux de chacun. On y administrait des punitions, parfois très sévères.

La salle capitulaire est entièrement d’origine, excepté les bans et la colonne d’entrée. Avec ses arcs croisés , le style de la voûte se situe exactement aux prémices d’un art nouveau, inspiré d’Anjou, qui va se développer pendant plusieurs siècles et que l’on nomme habituellement le style "Plantagenêt".

Entre la Révolution et 1901, date de son acquisition par la famille Darrasse ( actuel propriétaire ), le prieuré était devenu une ferme ( très courant après la Révolution ). Les rayures et trous sont du fait des fourches  à foin ?

 

Passage

Jusqu’à la Révolution Française, la cour du prieuré était fermée par son église. L’entrée se faisait donc par ce passage. Vous pouvez remarquer les fausses pierres peintes, comme dans le réfectoire, la salle capitulaire et la prison. Ces «  faux appareillages » sont typiques du XIIe siècle et témoignent de son austérité.

Au sol , une sépulture de moine. Par humilité, ceux-ci se faisaient enterrer sans pierre ni inscription, ni croix et souvent dans les lieux de passage.

Salle des moines

Les moines pouvaient s’y détendre un peu et parler entre eux. La charpente est d’origine ! la grosse poutre est couramment appelée poutre de mille ans, car le chêne de 150 à 200 ans  a été vieillie de  plusieurs décennies avant d’être posée.

 

Réfectoire

 
réfectoire


Charpente en majeure partie d’origine également, datée de 1000 ans pour une partie. Pour réaliser ce type de travail en forme de nef de navire, il était courant que le chantier soit confié à des compagnons de Bretagne ou de Vendée qui travaillaient aussi dans la conception de navires.

Les moines ne parlaient jamais à table. Un lecteur lisait des textes saints depuis la chaire du lecteur. Celui-ci est original par sa construction en saillie extérieure qui permet l’entrée de beaucoup plus de lumière. Restes de fresques sur le mur Est ( XIIIe ): celui-ci représentait le Christ entouré des quatre Evangélistes, elles furent sauvées en 2002.

 

Le puits

PuitsC’est le seul point d’eau du prieuré au XIIe. Profond d’environ  15m, son eau est puisée à minuit à la Saint Jean et bénite par les moines, elle guérissait de la maladie des yeux et éloignait les rats …

La toiture et ses motifs datent de la fin du XIVe. Le trèfle à quatre feuilles est le symbole profane porte-bonheur que l’on connaît tous, certainement en relation avec le pouvoir de cette eau.

 

 

Le clocher

 
Clocher du XIIe


Seul reste de l’église. Sa forme octogonale et originale est probablement inspirée de l'Orient ( pas visitable pour l’instant ). Avec ses deux mètres d'épaisseur, il semble être unique au monde ( à vérifier ), sa conception est en effet étrange et unique. Les cloches ont disparu malgré le reste de quelques cordes.

Elle comprenait :

Un petit dortoir pour les frères convers.

Des pièces réservées à l’administration du prieuré.

Une grande partie du rez-de-chaussée est occupée par la voûte d’une grande cave qui servait à la fois de garde-manger ( cellier ) et bien sûr de cave pour la communauté. La production de vin était importante, pour la consommation, mais aussi pour le troc.  Il faut savoir qu’au Moyen Age, il y avait peu de monnaie en circulation et le vin constituait un moyen d’échanges pratiques et efficaces. Pour des raisons de sécurité, la cave est fermée à la visite .

 

Maison du prieuré

Maison du prieur

La maison du prieuré date du XVe. Elle servait également à recevoir les hôtes de passage, les pèlerins en route pour Compostelle ou pour le tombeau de Saint Martin à Tours, lieu de culte extrêmement réputé jusqu’au XVIIIe dans toute l’Europe. Cette bâtisse pouvait également servir d’infirmerie. Au rez-de-chaussée, une grande cuisine avec son four à pain qui dépasse sur la partie droite. Tous les autres bâtiments entourant le prieuré, y compris l’accueil, partie jouxtant la maison du prieur, ont été construits par Raymon Darrasse entre 1930 et 1960. Cet homme passionné a consacré une grande partie de sa vie à la sauvegarde et à l’aménagement du prieuré.

 

Source : Martin Darrasse et 'Prieuré de Saint Jean de Grais - Chronique d'un Secret bien gardé' par Odile Ménard.

Très vif remerciement à Mr Martin Darrasse, pour son aide et sa passion contagieuse pour les lieux.

 

 
 

Photographies
 


En ligne

Nous avons 7183 invités et aucun membre en ligne