Publicité Intéressante

Traduction

frarzh-CNnlendeitjaptrues

0
0
0
s2smodern

 

Maison natale de Jeanne d'Arc, Domremy la Pucelle
 

Jeanne d'Arc, Maison natale de Domremy la Pucelle

 

C'est ici que tout a commencé, dans la petite maison natale de Jeanne d'Arc à  Domremy. Jeanne d'Arc y est probablement née le 6 janvier 1412, date aujourd'hui courrament utilisée même si elle est contestable. Si la maison actuelle n'a probablement pas tout à fait  l'aspect qu'elle pouvait avoir lors de la vie de Jeanne, il y a peu de doute aujourd'hui sur son athenticité. Elle reste aujourd'hui un témoignage contemporain sur la vie d'une petite fille de Lorraine devenue rapidement une héroïne nationale intemporelle.

 

Voir aussi. à quelques km la Chapelle Notre-Dame de Bermont, lieu où Jeanne venait prier très régulièrement - Explications sur la date de Naissance  et l'âge de Jeanne d'Arc.

 


Informations
  •  Adresse : Maison natale de Jeanne d'Arc - 88630 Domremy la Pucelle -  gps : rue de la basilique, 88630 Domremy la Pucelle
  •  Téléphone :   Tél. 03 29 06 95 86 - Fax. 03 29 06 82 50
  •  Heures d'ouvertures & Visites  :
  • Ouvert du 1er février au 15 décembre.
    Février, mars, octobre, novembre et décembre : 10h-13h / 14h-17h
    Avril à septembre : 10h-13h / 14h-18h30
    Fermeture tous les mardis, sauf juillet/août/septembre.
  •  
    Tarifs 2013 :  Billet plein tarif : 3 € -  Billet tarif réduit : 1,5 €  Jusqu'à 12 ans : Entrée gratuite
    De 12 à 18 ans : Demi-tarif, soit 1,5 € - Billets couplés Domremy/Grand et Domremy/Vaucouleurs : 5 €
    Interdit aux animaux

  •  Parking, Toilette public et Banc + table pour manger à proximité.
Historique
  sources : divers, visite guidée, plaquette informative, médailles

 

 

Est ce la maison natale de Jeanne d'Arc ?

 

Un premier élément, lors du procès à Rouen, le 22 février 1431, Jeanne d'Arc dit ceci " cette voix vint dans le jardin de mon père (..) J'ai entendu cette voix à droite, du côté de l'église",  la maison actuelle est bien à droite de l'église et de son choeur.
 
La maison actuelle a toujours été attribuée  à la naissance de Jeanne. On sait avec certitude qu'elle  a bien appartenu au père de Jeanne d'Arc et par la suite à Isabelle la mère de Jeannette , puis à sa famille pendant plusieurs décennies sans aucune contestation possible.

Est-on sûr qu'elle est la maison natale  de Jeanne la
Pucelle ?  La position des chambres et des événements ont été repris lors du procès de Jeanne d'Arc et  les historiens se sont notamment fondés sur les actes de propriétés, notamment lors de la vente de la maison.  La probabilité quelle ne soit pas celle de Jeanne est très infime, voir nulle, sans nouvel élément. Les affirmations , souvent un peu vaseuses et politiquement orientées à ce sujet, qu'elle ne peut être la maison de Jeanne d'Arc  s'appuient aujourd'hui sur rien de concret historiquement. 
 
Le premier héritier direct des parents de Jeanne, c'est Jacquemin, ou Jacob, fils aîné de Jacques d'Arc et Isabelle Rommée.  Pierre, frère de la pucelle qui l'accompagna dans son épopée, meurt en 1501 à l'âge de 93 ans. La maison de Pierre du Lys est toujours présente à Orléans mais très endommagée, pour ne pas dire  en ruine.
 
Anne , descendante de Nicole Thiesselin et de Claude du Lys, petit-fils du frère de Jeanne, disait en 1551  qu'elle avait vécu " en l'hôstel et la maison de laquelle est venue et issue la dite Jeanne la Pucelle, où elle a continuellement demeurée jusqu'à l'âge de 15  à 16 ans". Cette déclaration laisse à supposer que la maison fut agrandie ou modifiée puisqu'on parle d'Hostel".

Dès la fin du XVe ,et surtout au  XVIe, la maison de Jeanne est devenue rapidement un lieu de pélerinage, Montaigne y viendra au XVIe ,en 1580, et dit " le devant de la maisonnette est tout peint de ses gestes, mais que l'âge en a fort corrompu la peinture" . Le très fort rapprochement de la mort de Jeanne d'Arc et la transformation rapide de cette maison en lieu de pélerinage est un indice relativement important de son authenticité.

 

Description de la maison

La façade a été remaniée déjà vers la mi-XVe après la mort de Jeanne par les frères de  la pucelle d'Orléans et leurs descendants. Elle  va connaître aussi d'autres modifications dont les datations sont difficiles à connaître car il n'y a pas de trace écrite de transactions éventuelles ou de travaux. On ne connait pas exactement la date de construction de la maison, il serait pour l'instant hasardeux de lui donner une date précise. 

La maison actuelle a un étage mais existait-il à l'époque ? cela n'est pas impossible mais en réalité peu probable. Les cheminées ne sont pas contemporaines à Jeanne mais il n'est pas impossible qu'elles remplacent des cheminées existantes; ce qui serait déjà un grand luxe pour cette époque. On peut remarquer qu'il existe une ouverture vers l'extérieur aujourd'hui condamnée.

Le sol n'était pas couvert de dalle mais probablement de la paille , le plafond et les portes ont été surement réhaussés car ils étaient plus petits au XVe même si Jeanne devait alors avoir une taille plutôt plus élevée que la moyenne. Elle devait avoir une taille d'environ 1m58, selon les mesures de son armure faite à Tours,  alors que la moyenne était d'environ 1m51. Les murs étaient en torchis.

Si la cheminée, de la pièce principale, est probablement postérieure à Jeanne, rien ne dit qu'il n'y en avait pas à sa naissance. Par contre plus de doute subsiste sur la partie de droite avec le "placard" dans le mur, il n'est pas interdit de penser qu'il existait à l'époque. La grille sur la gauche protége le porte lampe à huile qui est de l'époque contemporaine de Jeanne car daté du début du XVe par la méthode "Carbone 14"  . La statue de Jeanne a été faite par Marie d'Orléans et copiée à  plusieurs exemplaires en hommage à Jeanne d'Arc mais ça reste une vue d'artiste comme la quasi totalité des représentations de la Pucelle de Domremy.

 

 

naissance jeanne d'arc

La pièce où est probablement née Jeanne d'Arc car c'est la pièce principale. Un placard est juste à droite et le porte lampe daté du début du XVe par carbone 14 se trouve derrière une grille à côté de la cheminée.

 

Tympan de la maison de la maison de Jeanne d'Arc

 

Tympan de la maison, sur la gauche le blason de la famille de Thiesselin, au centre celui du roi de France et à droite  celui de Jeanne d'Arc qui avait  été donné par Charles VII lors de son anoblissement au château Mehun-sur-Yèvre.

Ce blasonnement de Thiesselin s'explique par le mariage de Nicole Thiesselin avec Claude du Lys qui est le petit-fils du frère de Jeanne d'Arc, Jacquemin du Lys qui hérita de la maison après la mort de  la Pucelle. La devise " vive labeur" a souvent été attribuée à Jeanne, mais en réalité elle est problament liée à la famille de Thiesselin qui peut se traduire par un encouragement au travail de la terre; cependant ce n'est pas si éloigné du travail de Jacques d'Arc qui était laboureur. L'inscription du bas : "Vive le roi Louis" est en référence à Louis XI alors roi de France en 1481. Les inscriptions gothiques ont été fortement endommagées par les Jacobins pendant la Révolution Française.


 

Les parents de Jeanne d'Arc 

Ayant pour parents Jacques d'Arc et Isabelle Romée. Rommée est un nom couramment donné pour les personnes qui ont effectué un ou des pélerinages à  Rome.  La "Via Francigéna" passe à Bar-sur-Aube ( ou Langres ) à trois jours de cheval de Domremy, c'était la "voie des français" qui était utilisée pour aller à Rome. On remarque que l'une des routes passant par Domremy va justement à Langres.  Ce voyage  la mère de Jeanne, très pieuse, l'aurait effectuée à plusieurs reprises.

Si la mère était de la région , d'un village proche de Domremy, ce n'est peut-être pas le cas de Jacques d'Arc,  en effet il reste un flou important sur ses origines .

Chambre de Jeanne d'Arc

Chambre de Jeanne d'Arc ( photo prise le 6 janvier 2012 ) et de sa soeur Catherine. Cette chambre est attribuée à Jeanne car c'est la seule qui possède une fenêtre qui donne vers l'église Saint-Remy. Lors de son procès elle décrivait sa chambre ayant une fenêtre vers l'église et c'est la seule de la maison. La fenêtre n'a  probablement pas changée. Le petit placard existait peut-être à son époque mais probablement pas le cadre qui l'entoure. 

 

Eglise Saint Remy

Église de Saint-Remy, c'est dans cette église qu'elle est baptisée et qu'elle viendra prier après l'attaque de son village par les Bourguignons en juillet 1428. Par contre le choeur est inversé par rapport à celui d'origine, l'entrée était donc de l'autre côté et le choeur vers la rue actuelle. Malgré cette modification c'est probablement l'un des endroits les moins modifiés de son origine.

pélerinagecuve baptismale

Sur la gauche l'église en 2011, évidemment à son époque elle était décorée de polychromie et peinture. Au centre pélérinage de jeune prêtre et sur la droite le font baptismal de Jeanne d'Arc avec en toile de fonds une pierre tombale des fils ( Thiesselin  ) d'une des marraines de Jeanne d'Arc ( on remarquera la fleur de lys ).

 

statue jeanne d'arc

Statue de Jeanne d'Arc, celle ci était placée sur la façade avant de la maison. Aujourd'hui remplacée par une copie , l'originale est située dans le petit musée derrière la maison. Les origines de cette statue sont incertaines. Il est bon de rappeler qu'il n'existe aujourd'hui qu'une seule effigie connue et contemporaine de Jeanne d'Arc par Clément de Fauquembergue. Cette statue subit les dommages de la Révolution Française en ayant les membres supérieurs détruits, d'où cette apparence de "grandes mains" qui est une restauration ultérieure. L'armure semble datée du XVIe siècle.

On a ici sur le lien une belle explication sur le manque de représentation visuelle de Jeanne d'Arc : http://auzette.over-blog.com/article-32143455.html. Cependant il existerait peut-être un autre portrait plus fidèle et contemporain de Jeanne d'Arc, suite à la demande du roi d'Angleterre Henri V, ce portait  a disparu si tant est qu'il ait existé. Il existe un deuxième portrait demandé par Jeanne d'Arc, disparu aussi, selon ses dires à son procès.


C'est peut être ici qu'elle a entendu les voix de Saintes Catherine et Marguerite et de l'archange Saint-Michel vers l'âge de 13 ans, l'endroit est le plus probable selon notamment les descriptions de Jeanne d'Arc à son procès. Dans l'église il existe encore une statue de Sainte-Marguerite qui pourrait être celle où Jeanne d'Arc vint y prier régulièrement.

On peut y voir aussi à l'église Saint-Rémy les fresques de Saint-Sébastien de 1586

 

Plan dans laquelle la maison natale de Jeanne se trouvait en 1819.

Jeanne d'Arc

 

On voit nettement ici sur ce plan, que j'ai reproduit à partir d'un plan de 1819 additionné avec un plan de 2006 du conseil régional des vosges, l'emplacement de la maison au sein d'un ensemble de bâtiments. Cet ensemble de bâtiments civils fut construit par la famille Gérardin, présent  jusqu'en 1820. On voit nettement que la seule fenêtre des bâtiments donnant sur l'église est la chambre actuelle dite de Jeanne.

Les maisons qui ont été détruites appartenaient à la famille Gérardin. Nicolas Gérardin obtient une médaille de la ville d'Orléans pour avoir sauvée et entretenue la maison. Lorsqu'il en était propriétaire un comte de Prussie lui offrit 6000 frs pour sa maison, mais Nicolas Gérardin préféra la vendre au conseil général du département des Vosges pour 2500 frs, le 20 juin 1818. Il décède le 4 Octobre 1829 à Domremy.

 

La maison était-elle isolée  ?

La construction de ces bâtiments par la famille Gérardin a rendu quasi impossible de permettre d'en savoir plus sur la maison de Jeanne d'Arc à ses origines et des bâtiments qui l'entouraient, on sait cependant qu'il y avait deux maisons prochent de celle de Jeanne :

le témoignage de Mengette ( la femme de Joyart ) au procès de réhabilitation :

"Nos deux maisons, celle de mon père et celle du père d'Arc, se touchaient. Je connaissais bien Jeannette."  Il y avait donc des maisons proches de celle du père de Jeanne, il n'y aucune raison de mettre en doute ce témoignage. 

Un écrit de 1586 lors de la vente de la maison à Louis de Stainville : "Une maison bâtie en chambre bas et haute, deux greniers dessus les dictes chambres, deux petites corselles devant icelle la maison, avec un petit vollier, ensemble des usuaires d'icelle de tous costés.... et icelle maison dicte et appellée appelée vulgairement la maison de la Pucelle, assize au village de Domremy-sur-Meuse, proche l'église dudict lieu, la cymetière, d'une part, et Nicolas Noblesse, mayeur du dit lieu, et didière, veuve de Demenge Musnier d'autre part" ( source L7 ). Lors du procès de réhabilitation Simonin Musnier, très probablement l'un des parents direct de Didière et Demenge, témoigna ceci  :

"J’ai été élevé avec Jeannette... J’ai éprouvé sa bonté, car, étant tout petit, je fus malade et Jeannette m’assista. Quand les cloches sonnaient, Jeannette se signait et s’agenouillait. Elle n’était pas une paresseuse..."

On peut conclure que la maison n'était donc pas isolée et que d'autres propriétés étaient attenantes à la maison de Jeanne, cet écrit révèle aussi que dès le XVIe siècle il y avait un second étage, ou des combles, étaient-il présents lors de la vie de Jeanne ? à l'heure actuelle impossible de le savoir.

Il reste donc encore quelques éléments à élucider, notamment la datation de la maison, si elle a souffert des différentes attaques à Domremy pendant la guerre de Cent-Ans, ses modifications ultérieures et l'origine de la statuette. Mais ces questions, quoique intéressantes, même sans réponse ne sont probablement pas en mesure de remettre en cause l'autenticité de cette maison,  qui même après avoir subie des transformations est bien celle initialement où tout a commencé.

 

 

Photographies
 

 


En ligne

Nous avons 6973 invités et un membre en ligne