Publicité Participative

Traduction

French Arabic Chinese (Simplified) Dutch English German Italian Japanese Portuguese Russian Spanish

0
0
0
s2smodern

Château de Mehun-sur-Yèvre

 

Tous les ans est tiré du château le feu d'artifice du 14 juillet.

Le château de Mehun-sur-Yèvre est dans la ville de Mehun-sur-Yèvre, situé dans le département du Cher,  il fait partie des châteaux de la région Centre. Il doit sa renommée à sa reconstruction par le duc de Berry et la mort de Charles VII dans le château qu'il semblait affectionner.

Les premières traces d’une fortification sont anciennes sans pour autant qu’on ait une certitude, mais on peut logiquement remonter au IXe et de façon certaine au XIIe avec la famille de Courtenay. Il est aujourd’hui connu pour avoir été entièrement modifié par le Duc de Berry, dont une belle représentation figure dans les « très riches heures du duc de Berry », et le dernier lieu de vie de Charles VII qui y décède le 22 juillet 1461. Jeanne d’Arc y viendra à plusieurs reprises, en septembre et en décembre 1429, mais elle logera dans l’actuel « hôtel Charles VII » encore visible.

Malgré qu’il fût ruiné pendant les Guerres de Religions, par la foudre au XVIIIe et pendant la Révolution Française le château garde encore un bel aspect romantique.

 

 

 


Informations
  • Adresse : Château de Mehun sur Yèvre - Musée Charles VII, Place du Général Leclerc, 18500 Mehun-sur-Yèvre.
  • Téléphone : Office de tourisme : 02.48.57.35.51 Tél du château : 02.48.57.00.71
  • Horaires d'ouvertures & Visites du château de Mehun sur Yèvre :  le château accueil également le musée Charles VII et de la ville.
  • Mars - Avril - octobre - samedi et dimanche de 14h30 à 18h. 
    - Mai - juin - septembre - tous les jours sauf le lundi de 14h30 à 18h. 
    - Juillet - août - tous les jours de 14h30 à 18h30. ( sauf 14 juillet  pour préparatif du feu d'artifice dans le château ).
    Fermeture annuelle : de novembre à mi-mars, sauf accueil des groupes sur rendez-vous. Tarifs : 4,60 € par pers.(2013). Très aisé de se garer à côté du château, parking gratuit. 

    Note personnelle : J'ai été particulièrement  bien accueilli dans la ville et  surtout par le château le 13 juillet. Je remercie le guide de m'avoir  laissé ouvert le château aussi tardivement bien après l'heure de fermeture ( jusqu'à 20 h...). C'est globalement une ville très sympathique, avec un riche patrimoine, une population et des commerces très accueillants dans l'ensemble, je recommande chaudement.

 

Historique
sources :  (1)  Site de la ville  - (2)  Riches Heures  (3)  Jeanne d’Arc , Histoire et Dictionnaire  - (4)   Livre Google  (5)  Mediterranee-antique.info - Documentation sur place.

 

En 1209 il entre dans la famille de Courtenay qui fait reconstruire un château, sous un ordonnancement de type Philippien, probablement vers la fin du XIIe et début XIIIe. On remarque encore aujourd’hui les fondations du château. Du ou des châteaux primitifs avant cette époque il ne reste rien ou presque. Il faut noter que l’entrée ne se faisait que par la Yèvre et non par le village qui n’avait aucun accès, très probablement pour éviter une prise surprise et se protéger de la population, de plus d’importants marécages entourent le fort.

1298 : Robert III d’Artois est seigneur de Conches-en-Ouche, de Domfront, et de Mehun-sur-Yèvre ; en 1310, il reçut en outre en apanage le comté de Beaumont-le-Roger pour le dédommager de la perte du comté d’Artois auquel il prétendait face à sa tante Mahaut d'Artois. Il est des responsables de la guerre de Cent-Ans et meurt en 1342 à Londres après avoir été banni en 1332 par le roi de France.

Robert III d’Artois est banni en 1332, il est alors donné à Jean Ier de Luxembourg (appelé aussi Jean Ier de Bohème).

Le domaine entre dans le domaine royal après le mariage à Melun le 6 août 1332 de la fille de Jean de Luxembourg avec le futur roi de France Jean II le Bon. Jean de France, 5ième enfant du roi de France, reçoit en apanage, qui est une cession royale avec un cadet du roi mais qui ne peut s’hériter par les enfants du tenant du titre,  le domaine de Mehun.

Le duc de Berry dans la "crypte" de la cathédrale de Bourges


Jean de France, plus connu comme étant le duc de Berry né au Château de Vincennes modifie radicalement le château, en gardant cependant la base médiévale, en un véritable palais après son retour de captivité en 1367. Selon le chroniqueur Jean Froissard le palais est "L'une des plus belles demeures du monde". Guy de Dammartin en est  l'architecte et André Beauneveu ainsi que  Jean de Cambrai en sont les sculpteurs.(1)

En 1414, le Duc de Guyenne qui est marié à Marguerite de Bourgogne fille de Jean sans Peur est dans une situation difficile à Paris, en résidence surveillée au Louvre, il est obligé de quitter Paris face à la vindicte populaire et en pleine guerre civile entre les Armagnacs et les Bourguignons où il est pris entre deux feux. Il se réfugie au château de Mehun, il reviendra à Paris et y décède juste après la Bataille d’Azincourt.

1416, le duc de Jean de Berry décède à Paris le 14 juin  sans voir cependant le château de Mehun finalisé. Son gisant est actuellement dans la cathédrale de Bourges. À sa mort le château et son domaine reviennent de droit au domaine royal.

1419, Yolande d'Aragon donne sa fille Marie au Dauphin, futur Charles VII. Ils se mariront à Bourges.

Le dauphin Charles, futur Charles VII, devient Duc de Berry ( date indéterminée et jusqu’à sa mort ? ) et c’est dans ce château qu’il apprend le 30 octobre 1422 la mort de Charles VI (3) qui est décédé le 21 octobre 1422. Il est donc proclamé roi de France malgré le traité de Troyes, qui est cassé par des juristes qui estiment que le trône de France n’appartient pas au roi et qu’il ne peut donc le léguer. Le Nord de la France jusqu’à pratiquement la Loire est donc sous la régence du Duc de Bedford et le sud de la Loire sous Charles VII, la France est donc coupée en deux et occupée par deux rois.

1424, le château est mis en gage au bénéfice d'Arthur de Richemont, duc de Bretagne, dans le but de rencontrer Charles VII au château d'Angers. Il est probable qu'Arthur de Richemont ne voulait pas finir comme Jean sans Peur au pont de Montereau, il chercha probablement à sécuriser sa rencontre, néanmoins la relation était très différente entre Charles VII et le duc de Bretagne à la différence du duc de Bourgogne qui n'hésita pas à faire assassiner Louis d'Orléans.


1425, les Etats du Languedoc s’y réunissent du 18 octobre au 20 octobre. (5)

1429, Jeanne d’Arc après le sacre dans la cathédrale de Reims et la défaite aux portes de Paris rejoint avec Charles VII Mehun en septembre. Elle y est  peut-être soignée par le chirurgien du roi Renault Thierry, après avoir été blessée par un vireton d’arbalète devant la porte Saint-Honoré à Paris, en effet elle dit qu'elle fut guérie en cinq jours lors de son procès à Rouen. Il est possible qu’elle loge dans l’Hôtel Charles VII anciennement appelé Hôtel de la Pucelle, appartenant au chirurgien ( ?). C’est de Mehun puis Bourges qu’elle part pour lutter à Saint-Pierre le Moutier, qu’elle reprends aux Bourguignons, et y revient après l’échec de la Charité-sur-Loire ,défendu par Perrinet Gressart, en décembre 1429.


C’est probablement à cette époque que Charles VII nomme son Conseiller-Panetier Guillaume de Bastard, dit de Vaspasian , vicomte de Soulangis sous les Aix (4), Gouverneur de Mehun-sur-Yèvre pendant 32 ans.


Charles signe le titre d’anoblissement de Jeanne d’Arc, à la requête des frères de Jeanne, à Mehun le 29 décembre 1429, mais il est probable qu’il fut donné plus tardivement. La demande de blason fut cependant demandée à priori après le 8 mai par Jeanne, date de la libération du siège d’Orléans, d’après un ordre monétaire daté du 2 juin 1429 par la ville de Toulouse (3). Jeanne d’Arc y retourne probablement courant Janvier 1430.

 

 

 

 

 

 

 

Hôtel de la Pucelle, aujourd'hui Hôtel Charles VII, au 68 rue Jeanne d'Arc, c'est ici que probablement Jeanne d'Arc fut soignée par le chirurgien Renault Thierry à qui appartenait le bâtiment ( incertitude ). Les fenêtres Géminées au "second étage" laissent peu de doute sur une présence au XIIe-XIIIe même si il peut s'agir d'un rajout ultérieur mais très rare dans ce contexte, on notera la fenêtre romane au premier étage. 

Charles VII revient au château de Mehun pendant les trois derniers mois avant son décès qui intervient le 22 juillet 1461. (3)

Après la mort de Charles VII le château est au fur et à mesure abandonné au profit des châteaux de la Loire.

1488, Louis d'Orléans,  futur Louis XII, est emprisonné  pour s'être rebellé contre les Beaujeu, alors régents de Charles VIII.

1494, Anne de Bretagne reçoit le château de Mehun en échange de celui de Châtillon sur Indre.

Entre le XVIe et le XVIIIe la foudre tombe à plusieurs reprises sur le château, il ravage une grande partie du château dont certaines tours n’ont déjà plus de plancher et de toits au cours du XVIIIe.

 



Les guerres de religions et surtout la Révolution Française finissent par dégarnir le château, il est en effet transformé en carrière de pierre après 1792.

 


En 1817 la ruine est donnée à la ville de Mehun par un arrêté préfectoral et en 1840 les ruines sont classées au titre des Monuments Historiques. Il ne reste alors plus que deux tours, une totalement éventrée et la tour maîtresse est fendue, elle est fortement restaurée.

Aujourd'hui il accueil le musée Charles VII et plus généralement de la ville.


 

Photographies

 
 

En ligne

Nous avons 4007 invités et aucun membre en ligne