Publicité Intéressante

Traduction

frarzh-CNnlendeitjaptrues

0
0
0
s2smodern

 

Château de Chinon

Château de Chinon

 

Le château de Chinon et sa ville ont été pour ma part une des meilleures destinations de toute la Loire... Même si la ville se trouve sur la Vienne. En effet Chinon est une ville particulièrement agréable, avec un centre-ville dynamique très ancien pour une grande partie et une agglomération verdoyante qui possède tout de même toutes les commodités de « l’homme moderne » : centre commercial, piscine, camping, Hôtels, du vin dans les caves souterraines du château, etc rien ne manque. Bien sûr le point d’orgue de la ville de Chinon est son château historique à plus d’un titre.

D'importants travaux , d'un coût de 15 millions d'euros, ont été réalisés au château, dont la réhabilitation d'une partie des logis du château du Milieu et du fort de Saint-Georges.

 

En savoir plus ici sur le projet du parking de Chinon.

 

 

Voir aussi. Vaucouleurs - Sainte-Catherine de Fierbois - l'Épée de Jeanne d'Arc - Rencontre au Château de Chinon de Jeanne d'Arc et Charles VII - Château du Rivau - Parchemin de Chinon 

 

 


Informations
  • Adresse : forteresse royale de Chinon 37500 Chinon
  • Téléphone :   02 47 93 13 45
  • Heures d'ouvertures & Visites  :
  •  
  •  Ouvert toute l'année, tous les jours :
    2 janvier au 31 mars : 9h30 à 17h / 1er avril au 30 septembre : 9h à 19h / 1er octobre au 31 décembre : 9h30 à 17h. Fermé les 25 décembre et 1er janvier.
  • Pour y accéder depuis la ville, vous avez un ascenseur qui vous emmène pas très loin de l'office du tourisme de Chinon, sinon tout proche également : un petit chemin sinueux accessible uniquement à pied : rue Jeanne d'Arc. En voiture il faut prendre l'avenue  François Mitterand et s'arrêter vers le numero 45 ( pour le GPS ), vous trouverez facilement  le parking. Les caves Plouzeau sous le  château de Chinon, dans les anciennes carrières transformées par la suite en celliers géant, sont visitables sans rdv et gratuitement d'avril à septembre de 11h à 13h et 15h à 19h.

 

 

 

Henri II d'Angleterre, dit de Plantagenêt, Abbaye de FontevraudLes premières traces d'habitations connues remontent au Ier siècle avant J-C. Entre le Ier et le V ème siècle après J-C, il existe un castrum de forme quasi rectangulaire. Mais c'est au XIIe siècle que les prémices du château actuel  prennent réellement forme avec deux parties : le fort St-Georges et le fort du milieu qui comprend alors la partie actuelle du fort de Coudray.

410 / 425, l'évêque de Tours, Brice, fait construire la première église à Chinon.

440, Mexme s'installe et y établit un monastère  près d'une grotte.

vers 463, date incertaine, premier siège connu du Castrum de Chinon par Aegidius-Afranius, alors gouverneur de la Gaule pour Rome. Le gouverneur tenta d’assoiffer la population assiégée, mais les prières de la population auraient apportées de la pluie qui a pu permettre de remplir les vases en eau. Cet événement contraint le gouverneur Aegidius de rompre le siège et de se retirer.

507, après la bataille de Vouillé, Clovis, roi des Francs, annexe la Touraine à son royaume. 

La première trace écrite de l'existence de Chinon apparaît au VIe siècle par Grégoire de Tours dans son histoire des Francs. Le nom de Chinon était alors de Cain, Cayni, Caino Vicus et Cainonense Castrum. Les origines du nom sont pour l'instant incertaines.

945, Hugues le Grand cède le gouvernement de la Touraine à Thibault le Tricheur.

Alors que le château appartient au Comte de Blois depuis le milieu du Xe, au XIème siècle le château change de main en passant au Comte d'Anjou en 1044. Puis le comte d'Anjou, Henri II Plantagenêt, devient roi d'Angleterre en 1154. Il y meurt le 6 juillet 1189 en disant sur son lit de mort : "maudit soit le jour où je suis né, maudit de Dieu soient les fils que je laisse"[*], faisant référence aux incessantes batailles entres les frères et le père.

1154 - 1189, le nom de "Chinonem" apparaît la première fois dans une chartes d'Henri II de Plantagenêt.

Vers le XIIIème siècle le château subit d'importantes modifications qui vont radicalement changer sa physionomie  et densifier ses protections avec une coupure nette entre le château du milieu, celui du fort St-Georges et du futur fort de Coudray tout en renforçant l'ensemble d'une enceinte homogène. La tour du Moulin et celle de l'Echelle sont construites vers 1200 sous Richard Cœur de Lion. Ces modifications n'empêchèrent pas Philippe-Auguste de prendre le château par un long siège épique d'un an en 1205

Philippe-Auguste renforce considérablement l'ensemble par un système défensif qui va notamment apporter la tour du Coudray ( ou donjon ) d'une hauteur de 25 mètres et d'un diamètre de 12m. Elle se différencie cependant des tours « philipiennes » de l'époque par l'absence de fossés l'entourant comme par exemple la tour Jeanne-d'Arc à Rouen, mais aussi par son entrée située plus en hauteur avec un avant-poste. Il est possible que ce soit sous Philippe-Auguste que les souterrains actuels aient été construits, aujourd'hui ils sont transformés en cave à vin. Cependant au vu de la résistance offerte par les Anglais pendant le siège qui a duré un an, il n'est pas impossible ( voir probable ) qu'ils existaient déjà en totalité ou en partie, d'autant qu'ils ont servi de carrière pour la construction du château.

 1308, les templiers sont enfermés dans le donjon du Coudray, suite aux arrestations ordonnées par Philippe le Bel. Le Pape Clément V ordonne une enquête pour connaître les faits. Il en résulte un procès verbal, dit le Parchemin de Chinon, qui absous les condamnés des fautes qu'ils auraient commis.

 

 

 

Richard Coeur de Lion

 

L'ensemble du château après Philippe-Auguste ne va pas trop évoluer, même si Louis XI va considérablement renforcer le château avec le creusement du fossé entre le fort du Coudray et du milieu et rajouter par exemple un couloir d'artillerie vers l'entrée.

Les principales modifications furent résidentielles, notamment au château du milieu qui fut le lieu de vie de Charles VII ou de Louis XI, dernier roi à vraiment utiliser ce château.

Le duc de Richelieu en fait l'acquisition au XVIIe, démantelé en partie il tombe rapidement en ruines ... une habitude de Richelieu grand destructeur de châteaux.

Il fut plus tard vendu à la Révolution comme bien national et divisé en plusieurs parties selon le nombre de propriétaires. C'est Prosper Mérimée qui va le sauver, aujourd'hui il appartient à la région et au département.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photographies


En ligne

Nous avons 5039 invités et aucun membre en ligne